La commission Cloud et Sécurité reprend ses travaux à partir du mois de Novembre

Notre première réunion de travail prendra la forme d'un déjeuner dont le lieu (sur Paris) et la date seront communiqués aux participants. Condition de participation à ce déjeuner : 40 € par personne dont l'entreprise est membre d'EuroCloud, 80 € dans les autres cas. Pour s'inscrire, envoyez un eMail à contact@eurocloud.fr Exemples de sujets auxquels la commission pourrait s'intéresser : Les employés sur le départ téléchargent trois fois plus de données vers des applis personnelles au cours des 30 jours de leurs contrats, notamment par le biais de Google Drive et Microsoft OneDrive. 97 % des utilisateurs de Google Workspace ont autorisé au moins

Compte rendu de la réunion du 15 juillet

Merci à Qarnot pour la présentation Retour d’Expérience qui était très intéressante et qui est disponible sur le share Nous avons validé la démarche de lancer un questionnaire qui sera testé avec les inscrits de la réunion EuroCloud France en Régions du 13/10/2020. Les inscrits recevront le questionnaire à partir de septembre pour le compléter, ce qui nous donnera une base pour les échanges de la session Eco responsabilité ce jour là. Merci à chacun de revoir ce questionnaire qui est sur le share (sous la racine Recensement), me suggérer toute modification/ajout pour que nous puissions intégrer ces dernières.

Excellente nouvelle : les collectivités territoriales françaises vont pouvoir récupérer la TVA sur leurs achats Cloud

Ce dispositif, effectif au 1er Janvier 2021, corrige une distorsion de concurrence entre le Cloud et les achats informatiques traditionnels "on premise" sur lesquels la récupération de TVA pouvait déjà se faire. Quelques infos complémentaires : Cette demande figurait dans la recommendation n°6 de notre rapport « Faire de la France la première Nation Cloud » remis en 2017 par EuroCloud France à Mounir Mahjoubi, ancien secrétaire d'État au Numérique en 2017. Notre proposition reprenait une demande du Plan Cloud, l'un des 34 plans de la Nouvelle France Industrielle (piloté par Octave Klaba et Thierry Breton). Notre demande a donc été répétée depuis Février

Compte rendu réunion du 18 juin

Première étape, recenser l’existant dans les trois catégories : Innovations et bonnes pratiques Normes, RSE, Actions de l’Etat Retours d’expérience Bénéfices/Coûts/ROI Format de nos meetings : 15 minutes de partage d’expérience d’un des membres sur une innovation/bonne pratique. Retours de chacune des catégories sur les progrès accomplis dans le recensement Possible intervention d’un invité extérieur sur le sujet du Cloud éco responsable Fréquence de nos meetings de synthèse : Mensuel

18 juin : Commission Cloud Eco Responsable : première réunion

Les objectifs de cette commission : Recenser les innovations et bonnes pratiques : technologies, recyclage, basses émissions carbone, pollution, nouvelles énergies, Basse consommation. Cataloguer les normes Green et éco responsabilité (RSE) en matière de : datacenter, équipements informatiques et télécommunications, développement logiciel et services. Analyser les efforts menés aux niveaux français et européen Présenter les facilitateurs : institutions financières, organisations gouvernementales et non gouvernementales... Informer les acteurs du Cloud et leurs utilisateurs Analyser les bénéfices/coûts de la mise en œuvre des solutions Les livrables envisagés : Publication d’articles, Réunions des acteurs pour partages d’expériences, Définition de critères de référence, Publication

GAIA’X : Une infrastructure de données en forme de réseau, berceau d’un écosystème européen vital

A l'initiative des gouvernements français et allemand, le projet GAIA'X vise à la mise en place d’une infrastructure de données en forme de réseau performante, compétitive, sûre et fiable pour l’Europe. Ce projet sert les objectifs suivants : Concrétiser la conception d’une telle infrastructure d’un point de vue technique et économique, créer sur cette base un écosystème commun d’utilisateurs et de prestataires issus d’organisations de l’administration publique, de la santé publique, des entreprises et des institutions scientifiques et créer un cadre favorable et des structures de soutien. Le Projet GAIA-X est destiné à donner naissance à un écosystème numérique ouvert dans lequel

La télémédecine poussée en avant par le Covid-19

En langage « start-up », cela ressemble à une phase d’hypercroissance. Depuis le début de la propagation du virus Covid-19 en France, les jeunes pousses de téléconsultation voient les demandes des patients exploser, avec un pic inédit la semaine dernière alors que les autorités préparent les Français au passage en stade 3 reflétant la libre circulation du virus sur l’ensemble du territoire. Chez Doctolib, la croissance s’est élevée à 40 %, tandis que Medadom et Livi affichent + 50 %. Le compteur risque encore de chauffer avec la mise en place, par un décret dont la publication est prévue ce lundi 9 mars, de l’assouplissement des règles d’accès à cette pratique à peine libérée depuis un an. Le remboursement de

Le boom annoncé des start-up de l’e-santé en Allemagne

Une nouvelle course s’est engagée outre-Rhin. Avec la possibilité de rembourser l’utilisation d’applications prescrites par des praticiens de santé depuis le début de cette année, les start-up veulent démontrer l’efficacité de leur outil en vue d’une homologation. Or, l’une des start-up de l’e-santé les plus dynamiques d’Allemagne est… française. Doctolib compte déjà 5.000 médecins allemands abonnés à son service de rendez-vous en ligne et compte doubler ce chiffre d’ici à la fin de l’année. La licorne tricolore a bien compris l’intérêt du marché allemand, qui est plus vaste avec ses 650.000 médecins, kinésithérapeutes et infirmiers indépendants, contre seulement 500.000 en France. La structure du système de santé allemand offre aussi un avantage avec ses 150 caisses d’assurance-maladie capables éventuellement d’investir dans l’e-santé. Privatisée

Huawei veut connecter les hôpitaux en France

Huawei fait feu de tout bois cette semaine. Après avoir mis 200 M€ sur la table pour construireen France sa première usine hors de Chine et alors que de nombreux pays européens hésitent encore à lui confier les clés de la 5G, le groupe chinois accélère sur un marché archi-sensible : la connectivité dans les hôpitaux. Pour cela, Huawei a signé mercredi à Paris un accord-cadre avec Schnell Li-Fi, un spin-off de l’institut allemand Fraunhofer. Les deux sociétés vont proposer aux hôpitaux une solution mondiale basée sur le li-fi, une technologie similaire au wi-fi, mais plus sécurisée, car elle utilise la lumière (et non les fréquences radio) pour fournir du très haut débit. La lumière ne traversant pas les murs, les