Vous êtes ici
Accueil > Les éditoriaux des acteurs du Cloud > Passer au Cloud peut, en fait, économiser de l’énergie – voici comment (IBM)

Passer au Cloud peut, en fait, économiser de l’énergie – voici comment (IBM)

Daniel Witteveen, Vice President, global offering portfolio, IBM Resiliency Services

Quand vient le temps de déménager dans un nouvel appartement ou d’acheter une nouvelle maison, on se souvient à quel point un déménagement peut être pénible. Mais il ne doit pas nécessairement l’être ainsi.

Bien que la liste des tâches à faire puisse paraître repoussante, avec une préparation et une planification minutieuses, le déplacement de vos objets du point A vers un point B peut être beaucoup moins difficile. De même, les CIO et les gestionnaires de data centers qui envisagent de se déplacer vers le cloud par la consolidation et la migration des data centers doivent tenir compte de nombreuses variables. La réussite dans ces domaines a le potentiel de transformer la valeur de la résilience d’une organisation dans son data center.

La liste des avantages et des moteurs de la transformation des datas centers dépasse largement le matériel lui-même et offre l’opportunité de répondre aux demandes informatiques et d’ouvrir un chemin vers de nouvelles innovations inattendues. Voici quelques exemples :

1. L’adoption du Cloud et du cloud hybride continue de croitre

Les avantages d’une stratégie Cloud-First dans les organisations d’aujourd’hui sont indéniables.

Gartner a déclaré qu’en 2020, une politique corporate «sans cloud » sera aussi rare qu’une politique «sans Internet» l’est aujourd’hui. L’adoption du Cloud est devenue un catalyseur pour la consolidation ou la migration des data centers afin d’aider à aligner les systèmes informatiques et les workloads d’une organisation sur des plates-formes cloud, générant de nouveaux niveaux de vitesse, d’agilité et d’innovation.

En outre, le cloud hybride a été largement adopté comme nouvelle norme pour les organisations opérant avec des infrastructures plus complexes ou traditionnelles. La consolidation du data center fournit un pont lors de la transition vers le cloud qui aide les entreprises à utiliser au mieux les ressources informatiques actuelles et à déterminer quelles parties de leur infrastructure informatique existante elles doivent conserver.

2. Transformer les réductions de coûts en opportunités.

Bien que la réduction des coûts soit généralement un objectif pour toute organisation, la réalisation de la consolidation du data center peut faire plus que simplement améliorer le résultat net. L’efficacité des coûts découlant de la construction de nouvelles installations plutôt que la rénovation de data centers obsolètes favorise l’acceptation des premières stratégies cloud.

En cas de fusion ou d’acquisition, la consolidation des data centers permet également une gestion plus efficace des installations et de tirer le meilleur parti du personnel et des ressources.

Dans des situations aussi complexes, l’attente d’opérations permanentes rend la continuité et la résilience des activités encore plus importantes.

3. Plus l’empreinte carbone est faible, mieux c’est !

Rien qu’aux Etats Unis, la consommation d’électricité liée aux data centers devrait augmenter à environ 140 milliards de kilowatt/heures par an d’ici 2020. Il s’agit de la production annuelle équivalente à 50 centrales, ce qui coûte 13 milliards de dollars aux entreprises américaines. Elles émettent près de 100 millions de tonnes de pollution carbone par an.

La consolidation et la migration des data centers permettent de réduire considérablement l’empreinte carbone et d’améliorer la conformité réglementaire.

Compte tenu de l’accélération de la croissance et du rôle des Big Data pour les organisations, de l’utilisation accrue des médias sociaux et des appareils mobiles, et des risques liés à la sécurité qui suppriment l’infrastructure informatique traditionnelle en faveur des nouvelles plates-formes cloud et des solutions cognitives, les consolidations de data centers et les migrations ne doivent pas être sous-estimées.

IDC a estimé que 75% des data centers organisationnels ne disposent pas d’un dossier précis de localisation et de connectivité pour au moins 25% de leurs actifs informatiques. Il n’est pas non plus rare que les entreprises découvrent qu’elles possédaient entre 30 et 50% d’équipements supplémentaires par rapport à leur recensement. Ces nombres alarmants mettent les organisations en danger en cas de perturbations informatiques, et les exposent à des coûts accrus et des opérations inefficaces qui peuvent encore menacer l’intégrité de l’infrastructure informatique.

Sans les outils de découverte informatiques nécessaires – qui permettent de tirer le meilleur parti des ressources, de prendre de meilleures décisions sur le vieillissement des équipements et de positionner un data center pour soutenir les nouvelles technologies dans le futur – les organisations sont beaucoup moins susceptibles de capturer l’étendue de leur inventaire IT, conduisant à une gestion plus faible des data centers et à la résilience globale des entreprises. Cela est une porte ouverte en cas d’arrêt des systèmes et des applications, fait qui est intolérable pour toute entreprise.

Selon l’Institut Ponemon, le coût moyen d’une interruption de data center est passé de 690.204 $ en 2013 à 740.357 $ en 2016, soit une augmentation de 7%.

Au cours de cette nouvelle ère numérique, les progrès technologiques rapides obligent les organisations à s’adapter, à innover et à protéger leur informatique plus rapidement que jamais.

La mise en œuvre d’une stratégie de premier plan sur le cloud, la transformation des politiques de coûts en une nouvelle productivité et la prise de mesures pour réduire la consommation d’énergie et la pollution démontrent la valeur actuelle et à long terme de la consolidation et de la migration des data center pour la résilience des entreprises dans le Cloud.

Traduit de l’anglais

Haut