Vous êtes ici
Accueil > Les commissions d'EuroCloud > Finance > Le financement du Cloud Computing (Livre blanc)

Le financement du Cloud Computing (Livre blanc)

Le cloud, comme tous secteurs d’activité, se doit d’être financé, même si ce dernier n’échappe pas à des spécificités de genre. Nous vous proposons un rapide panorama du financement du Cloud.

Il y a deux éléments à financer, l’investissement (Haut de Bilan) et l’exploitation (Bas de Bilan). Le Financement du Haut de Bilan correspond aux postes comptables liés au financement à long terme des sociétés, aux comptes d’actifs et de passif, qui constituent les ressources et les emplois durables d’une entreprise. Le financement du bas de bilan, quand à lui, consiste à réduire le besoin en fonds de roulement (BFR) de l’entreprise, qui représente le décalage dans le temps entre les encaissements et les décaissements.

Quels sont les différents besoins, selon le cycle de développement de l’entreprise ?

=> Selon le stade de développement de l’entreprise, la nature du projet à financer et son rythme de croissance, les outils et méthodes de financement différent. Au démarrage, voici les procédés qui peuvent permettre de constituer un capital :

Le Love Money recouvre l’argent que l’on peut mobiliser parmi ses proches. Les Business Angels sont des personnes physiques qui investissent des capitaux dans une entreprise.
>Le Prêt d’Honneur est un « coup de pouce » accordé entre 1 000 et 90 000 €. Il est généralement à taux 0 pour une durée de 2 à 5 ans. On peut les trouver, entre autres, auprès d’Initiative France, Réseau Entreprendre, Paris Initiative Entreprise, ou encore dans le cadre de l’ACCRE.

=> Lors de l’amorçage, voici les différents procédés qui peuvent permettre de structurer la croissance :

Le Crédit (prêt) peut financer un bien corporel ou incorporel. Les taux bénéficient actuellement d’une période très favorable et sont très bas Le Crédit-Bail est utilisé pour des financements corporels de longue durée. L’établissement financier achète le matériel et vous le loue pendant la durée du contrat.
Le Capital Amorçage est un élément du capital risque et a pour objectif de financer le démarrage de l’entreprise, soit les frais antérieurs à la mise sur le marché du premier produit ou service. Les Financements Alternatifs mettent en relation porteurs de projet et personnes souhaitant investir dans ces projets. La plateforme réalise un travail de qualification pour présenter le dossier aux préteurs ou investisseurs.

=> Au moment de la croissance, voici les différents moyens de financement disponibles :

Financer son BFR avec le BFR est la méthode de financement la plus vertueuse. Elle consiste à financer les ventes avec des outils adaptés. L’affacturage est une technique de financement et de recouvrement de créances, consistant à obtenir un financement anticipé et à sous-traiter cette gestion à un établissement de crédit spécialisé. Il ne concerne que le commerce entre entreprises (B2B). Une cession de créance (sans et avec recours) est un acte juridique établi afin de transmettre la propriété d’une créance à une tierce personne. C’est un contrat consensuel nécessitant l’accord de deux des trois parties en jeu : le créancier (ou le cédant) et le tiers (ou le cessionnaire) auquel il cède la créance.
La cession de contrat (financement locatif) est un transfert par convention effectué par une personne (le cédant), à une autre (le cessionnaire), des droits et obligations du cédant, nés d’un contrat avec une autre personne (l’« autre partie »). C’est la meilleure solution pour financer une chaine de redevance « cloud » dans son intégralité au début du contrat. Elle est sans limite, puisque le cessionnaire évalue la solvabilité du client final, et non celle du cédant, affaire par affaire. Pour augmenter les fonds propres, la levée en capital risque concerne des entreprises qui ont besoin de financements additionnels pour supporter et accélérer leur croissance ; soit par croissance interne (financement de leur besoin en fonds de roulement pour accroître le revenu), soit par croissance externe (acquisitions).

Depuis quelques années commencent à apparaitre des plateformes qui offrent des financements alternatifs. Les plateformes de crowdfunding et crowdlending commencent à proposer une offre nombreuse et variée, généraliste ou thématique, nationale ou régionale, où tous les projets peuvent trouver le service adapté.

Quelles aides publiques existe-t-il pour les entrepreneurs du Cloud ?

BPIFrance finance des entreprises de toutes tailles (TPE, PME, ETI et GE) à chaque étape de leur développement, en crédit, garantie et fonds propres. Organisée autour de deux pôles (BPIFrance Financement et BPIFrance Investissement), cette banque publique d’investissement accompagne les entreprises du Cloud Computing dans leurs projets d’innovation et à l’international. Depuis janvier 2017, la nouvelle filiale BPIFrance Assurance Export assure, au nom de l’Etat et sous son contrôle, l’activité export des entreprises.

Le financement des actifs immatériels étant mal couvert par le marché français, BPIFrance a déployé une offre de prêts sans garantie.

BPIFrance intervient en cofinancement aux côtés des banques pour les investissements matériels et immobiliers, avec une gamme de prêts à moyen et long terme et une offre de crédit-bail mobilier et immobilier. Il intervient également en cofinancement pour les investissements immatériels, pour lesquels les entreprises sont confrontées à des difficultés d’accès au crédit.

Principal opérateur de la garantie d’emprunt, BPIFrance a pour objectif de faciliter l’octroi de crédits aux PME dans les phases les plus risquées de leur cycle de financement. BPIFrance apporte sa garantie à hauteur de 40 à 70 %, pour inciter les banques à financer les PME dans ces phases.

La garantie mise en œuvre par BPIFrance repose sur la mobilisation de fonds publics dédiés en provenance de l’Etat, des Régions, de l’Europe ou d’autres partenaires, qui définissent les priorités de financement.

BPIFrance gère des fonds d’investissement directs, qui investissent en fonds propres ou quasi-fonds propres dans des PME et ETI françaises. BPIFrance intervient généralement en minoritaire et aux côtés de fonds privés, nationaux ou régionaux, et recherche une représentation dans la gouvernance de la société (conseil de surveillance, conseil d’administration).

Le Crédit Impôt Recherche (CIR) est une aide publique en faveur du développement de la recherche des entreprises. Le dispositif permet aux sociétés éligibles de bénéficier d’un crédit d’impôt, à hauteur de 30 % de leurs dépenses de R&D sur l’année valorisée.

Depuis 2013, les PME peuvent bénéficier d’un Crédit d’Impôt Innovation (CII). Pour être éligible, les biens corporels ou incorporels doivent être nouveaux, avec un caractère novateur. Le montant total des dépenses éligibles au CII est plafonné à 400 000 € par an. Le taux de CII étant de 20 %, le CII ne peut donc pas excéder 80 000 € par an.

Le dispositif de Jeune Entreprise Innovante permet d’accompagner et de réduire les charges de certaines PME pendant les 8 premières années de leur existence. Pour être éligible, l’entreprise doit obligatoirement être une nouvelle PME fortement innovante, ne bénéficier d’aucune autre aide en faveur de l’emploi, engager 15 % de ses dépenses à des travaux de R&D et être indépendante.

Les dépenses relatives à des opérations de R&D et/ou d’innovation, confiées à des prestataires extérieurs, sont éligibles sous certaines conditions à l’agrément au titre de Crédit d’Impôt  Recherche (CIR) ou Crédit d’Impôt Innovation (CII). Le sous-traitant doit réaliser en interne la totalité des travaux qui lui sont confiés. Les agréments CIR et CII sont valident pour une durée d’un an et peuvent être renouvelés.

En complément, certaines aides et subventions à l’innovation, principalement européennes, ont été créées afin de soutenir les projets innovants. Plusieurs dispositifs existent comme le programme Eureka, le programme Eurostar ou encore le fond européen de développement régional – Feder.

Enfin pour les chômeurs, le dispositif ACCRE ou l’aide aux Chômeurs Créateurs ou Repreneurs d’Entreprise, permet, sous certaines conditions, de bénéficier d’une exonération de charges sociales pendant 1 an.

Comment optimiser ses dossiers de financement ?

En matière de financement, les garanties demandées sont variables. Elles partent de la simple crédibilité d’un projet, à la caution personnelle du dirigeant, à l’obtention du Label Cloud ou de la certification Cloud Confidence, ou encore à l’obligation de souscrire une assurance homme clé ou une garantie opérationnelle.

La notation exaegis, obtenue après un audit opérationnel et une analyse financière, permet d’identifier la pérennité et les bonnes pratiques opérationnelles d’une entreprise du Cloud. Cette notation présente 6 grades financiers mesurant la pérennité financière (de « A », très forte à « c », très faible) et 3 classes de risques opérationnels (« 1 », très faible ; « 2 », moyen et « 3 », fort). Ainsi, une entreprise notée a2 présente une forte pérennité avec des risques opérationnels modérés.

Le label TRUXT d’exaegis, a pour objectif d’apporter une reconnaissance immédiate aux entreprises qui présentent une pérennité financière et démontrent une bonne capacité opérationnelle. Ce label permet donc aux bénéficiaires de donner à leurs prospects, clients et prestataires financiers une visibilité sur la qualité et la pérennité de leur organisation.

Le label StarTRUXT d’exaegis est, quant à lui, à destination des startups et organisations de moins de 3 ans, offrant des solutions pluriannuelles « as a service », ou en mode abonné ou redevances. Ce label permet aux bénéficiaires de donner à leurs prospects, clients et partenaires financiers une visibilité sur la qualité et la capacité d’exécution de leur organisation selon les deux axes de mesure de la notation exaegis (financier et opérationnel).

Laurent Briziou Président de la commission Finance d’EuroCloud France et Président d’EXAEGIS

En complément, la société exaegis propose depuis 2011 une Garantie Opérationnelle des entreprises du cloud. Cette garantie consiste à maintenir le service en cas de défaillance du prestataire garanti. Cette garantie opérationnelle s’appuie sur des méthodologies de continuité, complétées par sur une assurance pouvant aller jusqu’à 20 M€, dont l’entreprise utilisatrice pourra bénéficier.

Il existe donc bien aujourd’hui de nombreuses solutions de financement, et de garanties associées, adaptées aux besoins des entrepreneurs du Cloud. Elles ne sont pas interchangeables mais chacune répond à une problématique particulière, liée à un certain nombre de paramètres de la vie d’une entreprise.

Remerciements aux membres de la commission Financement d’EuroCloud France : les sociétés EXAEGIS, LEASECOM, BUSINESS DIGITAL SECURITY, BPIFRANCE, F.INITIATIVAS et Mme Joëlle Le Goff

Pour en découvrir davantage sur le financement du Cloud Computing, sur ce qui doit être financé et comment, ou encore sur les différents besoins selon le cycle de financement de l’entreprise, téléchargez le Livre Blanc sur « Le financement du Cloud Computing ».

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Haut